Accueil > Artothèque > Collections
Collections
Dernier ajout – vendredi 3 octobre 2014.

Les collections de l’artothèque

  •  Alain Dambès, peintre

    Alain se nourrit simplement de l’observation de ce qui nous entoure : notre environnement, notre cadre de vie. Notre moderne regorge de situations positives et négatives. Les sujets ne manquent pas. Si l’on se penche sur l’ensemble de son œuvre, on constate que plusieurs thèmes ont été abordés comme l’écologie, la solidarité, notre monde urbain ainsi que des références à notre histoire. Sa peinture figurative, basée en partie sur le dessin et la perspective, se construit avec l’aide de la photographie. C’est après plusieurs clichés et recadrages que l’œuvre pourra enfin être réalisée.

  •  Alain Marchand, plasticien

    Alain est depuis toujours fasciné par la lumière, cette sculpture qui envahit le ventre de la cathédrale quand l’œil du jour fait chanter les vitraux.(...) Inviter la lumière, convoquer la couleur et fixer le mariage sur la toile relève d’une quête insaisissable, tellement difficile, toujours exaltante et si quelques peintres sont parvenus à s’en approcher, c’est parce qu’ils ont su y abandonner un peu de cette lumière intérieure, lueur ou feu ardent qui, un moment, se sont offerts au regard de l’autre.

  •  Benoît Chapon, Photographe

    A travers ses expérimentations, il cherche à dépasser le médium. Loin de tous procédés industriels, ses images sont des objets uniques et sensuels. La prise de vue à la chambre, la sensibilisation, du papier à la main, le recours aux procédés anciens, l’élaboration des supports lui permettent de faire naître cet ailleurs, cet imaginaire, ce rêve, source d’idées nouvelles.

  •  Berardino di Berardino, peintre

    Dino s’intéresse tout jeune à la peinture et cet intérêt se transforme, très rapidement en une véritable passion. Il a la chance de rencontrer à Pescara (Italie) de multiples artistes peintres venus exposer dans les nombreuses galeries d’art de la ville. Il peint essentiellement des paysages de sa région natale (Abruzzes) ainsi que des portraits, des compositions florales. Son expression est surtout figurative. Il a ainsi eu l’occasion de rencontrer et d’avoir des liens d’amitié avec Vacre Verrochio, sculpteur, Ortega, Casorati, Cascella, Brindisi, Sulz, artistes peintres. Et surtout des peintres naïfs (M. Kopricanec ou Eugen Buktenica) qui l’ont influencé sur sa technique graphique. Il apprécie particulièrement la peinture à l’huile qui lui permet de donner du temps au temps.

  •  Brigitte Chevalier, peintre

    Peindre, respirer,une aventure face à la toile ou la feuille. Une histoire écrite avec les pinceaux. Un autre regard, oser l’aventure des couleurs. Exprimer ses émotions, une autre façon de vivre. L’artiste a comme médium de prédilection l’aquarelle et l’acrylique.« La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir » (Léonard de Vinci)

  •  Bruno Pommay, peintre

    Bruno Pommay articule souvent des concepts clairs. En amoureux de la nature, il arrive par sa peinture (aquarelle) à les faire respirer. Il joue beaucoup sur les oppositions, les entre-deux, sans pontifier. Henri Matisse disait qu’ « on ne doit jamais voir les fils du manteau. Qu’on ne doit pas voir la besogne ». Bruno a cette élégance.

  •  Cécile Gonne-Victoria, plasticienne

    Elle lâche prise : du déclencheur aux pinceaux. La photographie c’est le point de départ. Une image, une lumière, un détail qui l’interpelle .Elle capture cette image, ce fragment suspendu dans le temps et l’espace. Puis elle compose, décompose, découpe et recompose à partir de ces images ou fragments. Il n’y a plus rien que la toile, les images , et comment les relier entre elles. Elle joue avec les couleurs et les matières, les lier sans les mélanger, les associer pour les contraster. Le temps s’arrête, l’espace-temps est sur la toile ! L’esprit vide est vif, la construction se fait. Morceau par morceau, couche par couche, elle superpose puis gratte. Elle colle et recouvre. C’est la vie, l’esprit qui se construit couche après couche, expérience après expérience, rencontre après rencontre, voyage après voyage et la toile se réalise.

  •  Christiane Mihajlovic, photographe

    Christiane est une photographe passionné de Nature.Que ce soit un paysage, une fleur, un animal, mais aussi l’empreinte de l’homme, quand il ne défigure pas cette nature si fragile. Tout est prétexte pour prendre son appareil photographique ainsi que son ordinateur... A la faveur de la photo numérique, elle se pose à présent des questions de peintres. Elle est moins en quête de « l’instant décisif » que de la nature pour composer ses images.

  •  Dahut, plasticienne

    En jeune artiste contemporaine, Dahut utilise toutes les techniques, tous les médiums, des plus sophistiqués aux plus désuets. Effet de la mondialisation, elle ricoche d’une culture à l’autre. De l’ancestral, enfin, elle nourrit sa modernité !

  •  Dimitri Afentoulidis, peintre

    Pour Dimitri Afentoulidis, la peinture est une arme souriante de dénonciation, de dérision. Dans un esprit pop’, dans ses codes couleurs empruntés à la publicité, il réinterprète photographies et images du passé qu’il rhabille de couleurs chatoyantes le plus souvent en aplat. Sa peinture est une peinture d’aujourd’hui, objet de réflexion, de mélancolie, de désillusion.

  •  François Huard, plasticien

    Deux préoccupations majeures apparaissent dans sa peinture : le besoin de transmettre, de faire part de son état d’esprit lors de la création, de son intérêt pour l’actualité, l’évolution des choses qui nous entourent. Cela se traduit par l’usage de journaux, de photos, dont il se sert autant comme symboles que comme outils : des journaux chiffonnés, déchirés, saccagés, auxquels il mêle dessins et écritures qui sont comme des copeaux de vie mis en lumière, émergeant de la couleur. Il apprécie particulièrement l’acrylique pour la spontanéité qu’elle procure et qu’il cherche.Picasso a dit un jour : « En peinture, si vous savez ce que vous allez faire....à quoi bon le faire ! »

  •  Giuseppe Vona, peintre / sculpteur

    Depuis de nombreuses années, la découverte de la vie le passionne. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Les formes qu’il réalise depuis toujours sont la transparence même de la nature qui nous entoure. Cette nature jouissante, voluptueuse et grandiose a inspiré son travail. C’est aussi un regard anatomique du corps humain. Fonctions vitales de la nature. Évolutions dans le temps. Fluidité de la vie laissant ces traces perpétuelles, de génération en génération, marquant ainsi les mémoires du passé et pour le futur. Des traces de vie dans l’éternelle spirale planétaire. Témoignage dans cette univers inexorablement en évolution.

  •  Laurent Grison, photographe

    Photographe passionné, il aime capturer les belles lumières, les paysages, les ciels tourmentés, un simple rayon de soleil perçant les nuages. Tous ces instants magiques et éphémères attirent son attention. Il a également pris goût à la photographie de studio, où il trouve le plaisir de jouer avec la lumière, en y mettant en scène de merveilleux paysages que sont les femmes. Travailler les ombres avec les courbes d’un corps, c’est comme attendre que le soleil vienne jouer avec une colline...à une autre échelle, une échelle plus humaine.

  •  Louis, plasticien

    L’écriture et les signes accompagnent son travail. Lettres, signes, symboles kabbalistiques et graphes peuplent ses œuvres depuis quelques années. Le présent et l’ancien s’y entrecroisent. L’écriture est au cœur de sa création en arts plastiques. Dans le domaine de la peinture et du dessin elle intervient à plusieurs titres dans sa pratique. Elle campe entre le commentaire et le narratif. Elle peut redoubler l’image, creuser des écarts ou des ouvertures qui complexifient les liens entre l’image et le sens. L’écriture a parfois elle-même une fonction imageante qui vient se superposer à l’image dessinée ou peinte et en troubler la signification première. Elle peut enfin fonctionner comme son identité artistique. L’écriture, les symboles, les lettres, les chiffres sont fortement présents dans ses peintures. Ils ont pour certains une fonction symbolique. Pour d’autres s’y ajoute une fonction formelle dans la construction de l’œuvre. La toile, les différents supports scarifiés vont devenir peau, corps et les cicatrices des signes vont innerver la surface de l’image.

  •  Manuel Pereira, photographe

    Les photographies de Manuel enregistrent la beauté du monde. La macrophotographie lui permettait d’aller toujours plus loin dans le détail, de déceler tout ce qui échappe à la vue courante.Il y a en lui le goût de l’image parfaite techniquement, à l’incroyable “piqué” quel que soit le sujet. L’utilisation de la photographie numérique lui ouvre de nouveaux horizons.

  •  Martine Fohanno, plasticienne

    La nature dans tous les états.Proche du réalisme mais en ne suggérant que la présence humaine sans peindre l’être humain, Martine est surtout une artiste fidèle à la nature qui retranscrit parfaitement l’ambiance par une émotion, un sentiment, une odeur. L’arbre parfait ou imparfait, en été, en hiver, calme, mouvementé, gelé ou sous le soleil. La nature sera le thème principal de Martine Fohanno. L’artiste utilise l’acrylique comme médium. Elle nous fera rêver au travers des champs, des forêts, des rivières, et retranscrira la nature dans tous ses états.Cette nature si fragile, si forte, qui devient de plus en plus rare, si abondante aux odeurs et aux couleurs infinies est précieuse et est essentielle à notre vie.

  •  Pascal Angebaud, plasticien

    Il est venu au dessin par hasard. L’important pour lui est de saisir le caractère, le mouvement, l’expression du modèle, et ce de manière rapide. Depuis quelques années il explore de nouvelles voies, notamment la transparence qui lui tient très à cœur..."On dessine pour se trouver et on rencontre les autres" (Louis Pons)

  •  Patrick Clerc, plasticien

    Un travail de recherche, d’exploration amenant à « regarder » notre environnement autrement. Les terres, ocres, minéraux, cendres mais aussi tout ce qui reflète le travail du temps sont les éléments premiers pris en compte pour une mise en scène plastique. Sa démarche s’inscrit dans un rapport au monde ou l’Homme et la Nature sont interactions, sans cesse, au-delà de la mystification de la toute puissance de l’homme sur son environnement et de l’idée de « progrès ». Ce travail plastique invite à poser d’autres regards sur le travail de la Nature – du temps qui œuvre – et de reconstruire une énergie complice entre tous ses éléments dont l’homme. La technique est essentiellement à base de collages d’éléments naturels, les ocres et/ou les cendres pilées constituent des éléments de bases de ce mélange. Colle à farine ou colle synthétique sont les liants intéressants et peu maîtrisables de ce travail qui doit alors prendre en compte une multitude de paramètres tels que l’hydrométrie, les saisons.

  •  Sylvain Lepage, plasticien

    Cet artiste accumule un plus grand nombre possible d’informations picturales avant de créer du sens et de susciter une pensée interactive avec le public. Il donne d’abord de l’importance aux moyens techniques, en particulier à la matière parfois si épaisse qu’on ne sait plus si on a affaire à une peinture ou à une sculpture. Son médium de prédilection est le collage, la poudre de marbre, l’acrylique.

  •  Yvette Mallet, peintre

    En dehors du travail en atelier, au début c’était dans la nuit que par la peinture elle trouvait sa lumière. Toute entière à l’ouvrage, dans une grande minutie, elle accomplissait là plus qu’un travail pictural. Les enjeux aujourd’hui ne sont plus les mêmes ; elle ose une certaine fantaisie. Elle avait tendance à se concentrer sur les détails, à s’enfermer un peu dans le tableau. Depuis quelques temps elle joue des intervalles entre plusieurs œuvres. En permanence, en raison de son admiration des grands maîtres. Le geste ne prime jamais sur le sujet et jamais elle ne bâcle les définitions. Elle respecte les couleurs mais de plus en plus approfondit les nuances, fait vibrer les teintes. Elle traite essentiellement des paysages et des natures mortes.


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS