Accueil > Cinéma > "Alamar" une expérience visuelle qui va au coeur des sentiments par Pédro (...)

"Alamar" une expérience visuelle qui va au coeur des sentiments par Pédro González-Rubio

Auteur de l'articleElodie

Publié le mardi 23 janvier 2018


Les liens d’amour, d’attachement, d’apprentissage et de transmission entre père et fils.

Votre avis sur ce document

Natan et son père se voient rarement. Le petit garçon vit en Italie avec sa mère italienne ; son père est resté vivre au Mexique, sa terre natale.

Pendant les vacances, ils se retrouvent. Nous les suivons sur l’eau là où vit le grand-père pêcheur, dans le grand massif corallien de Banco Chinchorro. Se tissent des liens souvent silencieux et précieux, des paroles douces et des jeux improbables, des observations uniques et des partages mémorables.

Les liens indéfectibles dépassent le temps et la distance, ont la saveur des choses simples et profondes. La nature est reine, dépouillée en apparence, riche de vies cachées et foisonnantes.

Le réalisateur Pédro Gonzáles-Rubio est un habitué des documentaires, nommé et primé. Quand il réalise un film il s’attache toujours à l’âme des lieux et des gens, privilégie le langage du corps et de la nature, assemble les éléments de sa fiction à l’intuition, choisit des acteurs non professionnels, des personnes qui ont une histoire à raconter faisant échos à la sienne.

Dans ce film qu’il décrit comme "une expérience visuelle touchant directement les sentiments", il explore ses propres blessures d’enfance et renoue avec le réconfort familiale, maternel et paternel au-delà des séparations.

Pour lui, "Alamar" peut signifier "à la mer", "à aimer, "ailes et mer". C’est un bon résumé de ce film court et exceptionnel.

Répondre à cet article


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS