Accueil > Cinéma > On s’fait la valise, docteur ?

On s’fait la valise, docteur ?

Auteur : Peter Bogdanovich

Auteur de l'articleNathalie

Publié le mercredi 1er juin 2016


Dans la grande tradition des screwball comedies*

Votre avis sur ce document

A San Francisco, un musicologue, Howard Bannister Ryan O’Neal), accompagné de sa fiancée conventionnelle et naïve, doit se rendre à un congrès où il présentera ses recherches concernant des « roches musicales ». Il transporte celles-ci dans une valise en tissu écossais. Il croise le chemin de Judy (Barbara Streisand), jeune femme extravagante, dont la seule présence provoque des catastrophes et qui transporte ses affaires dans une valise en tissu écossais. Dans l’hôtel où est descendu Bannister et où se trouve – par hasard – Judy ; des voleurs tentent de mettre la main sur des bijoux rangés dans une valise en tissu écossais. Et n’oublions pas des agents secrets et des documents classés « top secret » contenus dans une valise en tissu écossais que l’on croise régulièrement.
Sachant tout cela, on peut se dire que le titre français est plus parlant que le titre américain What’s up, doc . D’autant qu’il – le titre français – renvoie à l’expression « se faire la malle » et peut être considéré comme un clin d’œil à l’aspect romantique de cette comédie loufoque.
Judy est immédiatement tombée amoureuse de Bannister et met tout en œuvre pour qu’il lui avoue sa flamme : elle est omniprésente, se fait passer pour sa fiancée, crée des situations équivoques. Et après une première journée chargée en péripéties, on a droit, le second jour à une splendide course-poursuite burlesque dans San Francisco ; On Sait depuis Bullitt de Peter Yates avec Steve McQueen, que la ville s’y prête à merveille.

Tout est pétillant dans ce film. Les dialogues fusent. On découvre un Ryan O’Neal inhabituel me semble-t-il, une Barbara Streisand malicieuse. Toutes les scènes sont réglées au cordeau dans une grande maîtrise de la réalisation. Et bien sûr, le film est si romantique ! Ah ! As time goes by interprété par B. Streisand dans un moment d’accalmie !
On s’fait la valise, docteur ? est à classer indubitablement parmi les grandes comédies loufoques américaines. Et en le regardant, j’ai pensé que si ce film avait été réalisé 40 ans auparavant, nous aurions eu Katherine Hepburn et Cary Grant à l’affiche.

Un film à regarder avec ses amis ou sa petite famille (enfant à partir de 7 ans, à mon avis), pour partager d’hilarants moments.

P.-S.

*La screwball comedy, ou comédie loufoque, est un sous-genre de la comédie hollywoodienne. Elle tire son nom de l’argot américain dans lequel screwball désigne un individu au comportement étrange voire excentrique. Le terme est lui-même dérivé du jargon du baseball dans lequel la screwball c’est-à-dire la balle tire-bouchon, ou balle « vissée », est une balle lancée de telle manière que sa trajectoire est imprévisible.(source : wikipédia)

Répondre à cet article


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS