06h41

Genre :  Roman de gare ?

Auteur : Jean-Philippe Blondel

Auteur de l'articleArnaud

Publié le mardi 8 septembre 2015


Ceux qui se sont aimés prennent le train

Votre avis sur ce document

Prendre le premier train est toujours une expérience en soi. Le parfum du café qui rode, les mines encore à déterrer qui trainent et les annonces de la sncf qui sonnent définitivement le glas du sommeil. Quand le premier train arrive, on pense à ceux qui dorment encore, à la nuit qu’on aimerait finir dans le wagon, à l’impression de partir pour de bon, presque en catimini. "Je ne vous ai pas réveillés, je quitte tout sur la pointe des pieds". L’heure trop matinale renforce l’impression de fugue. "Je m’en vais, ne vous en faites pas" et " je ne vous hais point".

Une fois monté dans le wagon, la recherche d’une double place pour rêver ou s’assoupir est un Graal. On sait qu’on fera de toute façon semblant de dormir pour garder cette double place (et ce n’est pas très urbain...). On ne sait pas que le train de 06h41 pris à Troyes pour aller à Paris est chargé en habitants troyens travaillant à Paris. Aucune double place libre, une simple à côté d’une autre simple. Et à 6h41 dans le train du roman de Jean-Philippe Blondel, deux places côte à côte sont occupées par d’anciens amants, Cécile Duffaut et Philippe Leduc.

La surprise est au rendez-vous. Pas une si bonne. Plus de vingt années à ruminer que l’on survole à travers les pages de ce roman. De chapitre en chapitres, on lit les pensées de chacun, les souvenirs, les rancœurs, les regrets... Un peu comme la magnifique ouverture du film "bird people" de Pascale Ferran qui nous promenait d’une pensée à une autre dans les transports en commun.

Voici un roman de voyage, pas un roman de gare. Un voyage intérieur remué par les mouvements du train. Une plongée dans les méandres des rails qui se croisent, se décroisent comme des lignes de vie, comme les destins de chacun, faits de surprises, bonnes et mauvaises.

Durant les 1h30 de ce trajet, les personnages se retournent sur leur passé mais avancent et "personne ne sait si ce sera bien". Oui, personne ne sait...

Attention au départ ... Tournez la page !


P.-S.

Évidemment, n’oubliez pas la rencontre dédicace avec Jean-Philippe Blondel le mardi 27 octobre à 18h30 !
Et sur ce blog, nous avons maintes fois chroniqué les ouvrages de cet auteur (ici,, ici aussi et là aussi).


Vous avez ceci, vous aimerez cela.
Où es-tu maman lapin ?

De Mélanie L

Le Rendez-Vous des Histoires - « Les Ogres »

De

Décès de Jean Vautrin

De Claire


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS