Accueil > Lire > Romans > Romans enfants > Comment écrire comme un cochon

Comment écrire comme un cochon

Genre :  Roman pour les cancres et les autres

Auteur : Anne FINE

Auteur de l'articleSébastien

Publié le jeudi 22 janvier 2009


Chanson de récré : "Melle Tate s’est penchée pour cueillir une rose. Une rose si douce, une rose parfumée. Hélas ! Malheur ! Trop bas s’est penchée, Et paf ! sa jupe a craqué."

Votre avis sur ce document

Entre le dernier article de Mélanie http://public.ville-bezons.fr/mediatheque/spip.php?article592 et un petit déplacement à l’école des loisirs cette semaine pour la présentation de « mes romans préférés » je me suis retrouvé dans une situation des plus embarrassantes pour un « travailleur » du livre : Je ne connais pas vraiment l’auteure Anne Fine ! Honte à moi. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, je me suis lancé dans un vaste programme de réactualisation de mes données.

Synchronisation de mon cerveau. Ok. On peut déconnecter sans danger. Mais ô surprise je reste complètement survolté et encore plus allumé suite à mes lectures.

Dans « Comment écrire comme un cochon », publié en 1997 et traduit par Agnès Desarthe, Anne Fine raconte les mésaventures de Chester Howard qui connaît tant d’établissements scolaires qu’il serait capable de rédiger seul et avec précision un guide touristique des salles de classe les plus pittoresques.

Nouvel établissement : Walbottle Manoir et premier jour du petit nouveau présenté cérémonieusement à la classe et... premiers effrois. D’abord une école construite par un architecte spécialisé dans la conception de plan « pour les morgues et abattoirs », ensuite des fenêtres à visibilité réduite car "jamais nettoyées depuis 1643" et surtout, comble de l’horreur : une maîtresse atrocement douce et gentille. Une mademoiselle Tate, installée sur son estrade depuis la nuit des temps, aussi vieille que les peintures décrépies de la salle qui, en plus d’être gentille, est appréciée par l’ensemble des élèves, sans exception ! Dans cet univers dégoulinant de tendresse et de respect, Chester qui « n’est pas une mauviette » et qui auparavant « a éclaté la tête de plus d’un mec » souffre :

«  !le jeune Chester Howard a su tirer son épingle du jeu dans des écoles où les assiettes à dessert volaient comme des Frisbee, et dans d’autres où, si on ne fait pas gaffe, on se retrouve avec les dents infectées d’un sale type plantées dans les mollets. [ !] Mais le Walbottle Manoir, c’était plus fort que tout ! L’absolue gentillesse qui y régnait m’avait tourné le sang. Vaincu, j’ai brandi le drapeau blanc. Je m’appelle Chester, mais appelez-moi Howard. »

Placé au fond de la salle à côté de Joe Gardener, Howard compte les heures qui le séparent de la délivrance. Ce n’est sans compter sur la gentillesse de « Joe-cervelle-de-dé-à-coudre », qui, préoccupé par la mine dévastée de son nouveau camarade, indique à la maîtresse que Howard ne se sent pas dans son élément.

Ça « c’est supermoche » comme coup bas ! ah houai !

Le pire est à venir. Melle Tate donne un nouveau devoir aux élèves. A l’occasion d’une journée portes ouvertes, les enfants doivent réaliser un petit manuel pratique. Les idées fusent : « comment élever des lapins », « comment fabriquer un cerf-volant », « comment dresser son chien", « comment décorer ses œufs durs » ! Vient le tour de Howard et Joe.

Pour Joe, cancre en chef, l’idée est toute trouvée : écrire plus lisiblement. Surprise de la maîtresse qui prévoit la catastrophe qui sera forcément accompagnée de la mauvaise note. Étonnement du jeune Howard qui, curieux, veut en savoir plus. Il ne sera pas déçu !

« ce brave Joe était l’Ecrivateur de l’Enfer Noir de la Mort » ! « un régiment de mille-pattes drogués, chaussés de bottes pleines d’encre avaient dansé le twist sur la plupart d’entre elles (les pages) »

A situation désespérée, action encore plus désespérée ; alors l’heure des " Grands-Soucis-A-l’Horizon-Tous-Aux-Abris" a sonné : Howard aidera Joe à écrire un guide sur : Comment écrire comme un cochon. N’en déplaise à la maitresse.

Avec des méthodes bien particulières, et tellement plus e.ff.i.c.a.c.e. (car « les filles jacassent, deux fessées, deux f et deux c ») que la maîtresse, Chester Howard apprendra pour la première fois autre chose que ses leçons : l’amitié et la solidarité.

Anne FineJetez vous sur ce petit roman qui est de bout en bout hilarant. Jeux de mots, expressions burlesques, dadaesque, avec des personnages drôles et attachants, qui vous assureront de franches rigolades.

A conseiller vivement pour les enfants fâchés avec l’école, pour les parents fâchés avec leurs enfants à cause de l’école, pour les enseignants fâchés avec les parents (et quelque fois avec les enfants)... Ce livre est un guide de survie indispensable pour garantir une bonne rentrée puis une très bonne année scolaire.

Pour connaître la disponibilité de ce roman, il vous suffit de consulter le catalogue en ligne de la médiathèque
_


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS