Accueil > forum > Harry Potter 7 : les reliques à débattre !

Harry Potter 7 : les reliques à débattre !

Genre :  Fantasy

Auteur : J.K Rowling

Auteur de l'articleArnaud

Publié le samedi 3 novembre 2007


Tout le monde le lit !

Votre avis sur ce document

Dans le métro, sur un banc, sous un parapluie, dans un train, sur un vélib’, à chaque feu rouge, debout, assis, couché : Tout le monde lit Harry Potter dans le texte ou en version française. Je vous fais cet aveu : moi-aussi ! Soupçonneux ces derniers mois dès que quelqu’un abordait le sujet ("non, je ne veux pas connaître la fin !"), méfiant devant l’écran, le poste de radio et la presse (qui diffusent sans vergogne des "spoilers"*), j’ai enfin pu lire le dernier volume d’Harry Potter dans le confort de ma langue maternelle et en toute sérénité : le résultat est au-delà des espérances, un moment de pure évasion couplé au plaisir de retrouver un univers magique devenu au fil des volumes un monde familier.

Lecture d’initiés, ce dernier volume répond aux interrogations suscitées dès les premiers épisodes et ne laisse que peu de temps aux autres occupations : vie de famille, courses, sorties culturelles, vaisselle...

La question reste celle-ci : comment expliquer le phénomène à ceux qui n’ont pas lu cette formidable saga "fantasy" ?
A croire que l’évasion a ses raisons...

Mais quelles sont ces raisons ? A la médiathèque, le sujet divise, crée débat. Certains adorent, d’autres beaucoup moins ! Et vous qu’en pensez-vous ?

Amateurs ou non, la parole est à vous !

P.-S.

* le mot spoiler est employé pour désigner un document ou un texte qui dévoile tout ou partie de l’intrigue d’une œuvre (livre, film, jeu vidéo) et donc gâche le plaisir et la surprise de la personne de découvrir l’œuvre par elle-même. Qu’on se le dise, aucun spoiler ne sera toléré !

Le dernier volume est ouvert aux réservations, n’hésitez pas !

8 Messages

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 3 novembre 2007 14:45, par celui-qui-ne-veut-pas-dire-son-prénom

    Bonjour Moldus,

    HP c’est comme le Goncourt, tout le monde l’achète, personne ne le lit.

    Bonne digestion (800 pages...)

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 3 novembre 2007 15:08, par stéphanie

    Du temps, je n’en ai guère...
    Deux enfants en bas âge, un travail passionant, une maison à gérer, une vie de famille à organiser...
    Et voilà qu’on me met le vol.7 de Harry sous le nez...

    J’ai craqué, l’ai acheté, en me disant, promis, je le commencerai en 2009 quand le dernier ira à l’école !
    Et bien non, même pas cap’ !

    Je bénis les siestes de mes bambins...
    D’habitude j’en profite pour préparer mes cours, mais là, je lis au lit avec mon chat comme oreiller !
    Dieu que c’est bon, et comme ces siestes sont courtes !
    Je pense à leur donner du valium un des ces quatre !

    Bien sur, le rythme de lecture est lent, mais qu’importe.
    C’est bien de prendre son temps quand on sait que cela sera le dernier.
    Donc, je ne l’ai pas fini.

    J’ai connu Harry avant la plupart des français.
    Ma soeur l’avait ramené d’Angleterre, il y a bien longtemps déjà.
    Elle avait adoré, elle, la sérieuse prof de fac.
    Par esprit de contradiction, je m’interdisais de la croire.
    J’avais tort...
    Quel bonheur...

    Pourquoi l’aimons nous ?
    Parce que nous sommes trop sérieux, parce que c’est plus chic d’avoir lu le dernier Goncourt qu’un bouquin pour gamins !
    Un peu d’évasion et de rêve dans notre quotidien trop sérieux, voilà pourquoi on l’aime.

    Mais attention, c’est un imaginaire organisé, où tout se tient, où tout s’explique.
    C’est pour cela que les grands aiment et que les petits adorent.
    Les grands décortiquent, les petits se laissent transporter.
    Moi aussi d’ailleurs.

    La littérature de jeunesse n’est pas un sous genre.
    Et pourtant...
    Les profs de fac, dans leur tour d’ivoire n’ont même pas voulu me soutenir, il y a 10 ans, pour faire un mémoire sur le sujet. Pas sérieux ! Pauvre fille !

    Et pourtant, les enfants sont un public exigeant. Ils ne font pas semblant, ils aiment ou n’aiment pas.
    Je leur lis en classe, les plus turbulents sont alors suspendus à mes lèvres.

    Là où les grands sont contents de reconnaître certaines références mythologiques, les petits s’en impreignent sans savoir que lupus, le loup a donné son nom au professeur Lupin.

    Les grands y trouvent des références pour les grands, les petits, un univers qui plus tard leur fera mieux comprendre les références culturelles.

    Je vous laisse, les enfants dorment, le chapitre 9 m’attend !

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 3 novembre 2007 15:30, par Pascal

    Tout le monde au lit lit donc Harry Potter... Pourquoi pas ? Moi au lit je ne lis pas, chacun ses goûts ! Sérieusement il n’y a ni gloire ni honte à lire ce qui participe au mineur, surtout quand cet art mineur suscite un vrai plaisir de lecture. Par contre, il y aurait faute de goût, d’après moi, à mêler les registres : Harry Potter ne participe en rien à la littérature, Rowling n’est pas Shakespeare, le divertissement n’est pas la pensée.

    Pascal

    • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 3 novembre 2007 19:05, par stéphanie

      La littérature de jeunesse porte bien son nom !
      Bien sur que cela n’a rien à voir avec les grands auteurs.
      Son lectorat n’a pas le même âge, pas les mêmes capacités de réflexion, pas les mêmes préoccupations...
      Si seulement de bonnes histoires pouvaient amener les plus jeunes à lire, et plus tard à passer de la fantasy aux grands noms de la littérature.
      C’est à quoi je m’emploie. Il faudrait que je revoie mes petits élèves dans vingt ans pour voir si ça a marché ! Pas sûr, mais comme le dit le proverbe : "Qui ne tente rien....."

      • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 6 novembre 2007 16:54, par Pascal

        N’est-ce-pas un peu facile de nous faire croire que Harry Potter ne concerne que les jeunes lecteurs ? Allons allons, dans le métro ou le bus, ils ne semblent pas si jeunes les yeux qui se penchent sur ce livre ! Mais par contre tout à fait d’accord avec Stéphanie, lire Harry peut conduire à découvrir Jarry !
        Pascal

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 6 novembre 2007 10:27, par Gawou la libraire

    J’ai commencé à lire Harry Potter en 2000, soit bien avant que tout le monde en parle et qu’il rencontre le succès qu’on lui connaît.

    Et ça a été le grand pas dans la littérature dite jeunesse et je me suis plus arrêtée de lire Harry... et les livres pour enfants.
    en 2000, j’avais 18 ans, et je ne savais pas vers quoi me diriger à l’époque (vers quel métier), je sortais de mon bac L... j’ai finalement fait un DUT métiers du livre, je me suis spécialisée en littérature jeunesse et je suis aujourd’hui libraire. Même si je suis dans un secteur dit pour adultes avec littérature générale (on ne trouve pas toujours la place adéquate dans le monde du travail...) où je me plais énormément, ma passion première reste les livres pour enfants.
    Pourquoi ? Parce qu’il y a dans ces textes là une recherche, une efficacité, une spontanéité que je ne trouve pas ailleurs.
    Si les enfants n’aiment pas, ils posent.
    Si les adultes n’aiment pas, la plupart du temps ils vont finir le livre parce que c’est le dernier machin.

    Et pourquoi je suis une pottermaniaque ?
    En 2000, c’était la proposition d’un nouveau monde, un monde magique, auquel j’ai cru et je continue d’y croire.
    JK Rowling a relancé la fantasy, le merveilleux et le fantastique.
    Bien sûr il y a eu le seigneur des anneaux, ou la saga de CS Lewis, mais j’ai connu tout ça après.
    En gros Harry, c’est le début de ma "carrière", ma rencontre avec la litté jeunesse ;)

    Quant à savoir si Harry fera partie des classiques de demain, bien malin est celui qui pourrait le dire (aucune agressivité dans mon propos !!), mais quels seront les critères de qualité littéraire dans les années à venir ??

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 6 novembre 2007 17:56, par Will

    Au fond, si j’aime Harry Potter c’est aussi pour ce mélange de fantastique et de réalisme caractéristique des ces 7 volumes : Harry Potter n’est-il pas surtout un jeune orphelin qui, malheureux et maltraité dans la famille qui l’accueille (son oncle et sa tante) est sauvé par un homme (qu’il trouve gigantesque...Hagrid) qui le sauve et l’emmène dans un endroit où il se fait beaucoup d’amis, un lieu magique après l’horreur ?
    On dirait presque du Charles Dickens... avec cette touche de magie qui réenchante les yeux jeunes (ou vieux comme le dit Monsieur Pascal ci-dessus).
    Je trouve que ces romans ne peuvent être considérés comme de la littérature , mais bien plus comme de la lecture d’évasion, franchement efficace !
    Et pourquoi pas le début d’une grande aventure entre le livre et le jeune lecteur !

  • Harry Potter 7 : les reliques à débattre ! 9 novembre 2007 18:47, par tiphanie

    moi j’ai adoré Harry Potter du tout début avec le tome 1 à la toute fin avec le Tome 7. C’est vraiment incroyable comme histoire et vraiment génial !


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS