Accueil > Lire > Documentaires > Documentaires adultes > John Lennon : une vie

John Lennon : une vie

Genre :  Biographie

Auteur : Philip Norman

Auteur de l'articleAlain

Publié le vendredi 25 mars 2011


Rest in peace : John Winston Lennon : 1940, Liverpool (UK) - 1980, New-York City (USA), the dream is over...

Votre avis sur ce document

Tous les gens s’intéressant à la musique rock et pop anglo-saxonne n’ont pas oublié de commémorer en décembre 2010 le 30éme anniversaire de la mort du plus génial des Beatles, j’ai nommé John Winston Lennon.


Trente ans en arrière, en 1980, il semblait prendre un nouveau départ avec ("just starting over", une chanson de son nouvel album "Double Fantasy") co-écrit avec son épouse Yoko Ono. C’était son premier album depuis "Rock and Roll" en 1975.


Malheureusement sa carrière s’est interrompue le 8 décembre dans la soirée. Il est abattu au pied de son immeuble new yorkais, le "Dakota"(où fut tourné le film maléfique de Roman Polanski Rosemary’s Baby) de cinq balles de revolver calibre 38 par un déséquilibré, Mark Chapman, auquel il avait dédicacé son dernier album dans la matinée.

Quand la nouvelle fut annoncée dans les médias, l’émotion suscitée chez les fans du monde entier fut énorme, à la hauteur de l’événement.

Les biographies qui lui ont été consacrées jusqu’à présent contenaient des lacunes ou tombaient dans l’invraissemblance. Cette nouvelle biographie parue à la date anniversaire de sa disparition est certainement la plus aboutie. Yoko Ono, sa veuve, a collaboré étroitement avec l’auteur, journaliste et écrivain anglais qui a pu aussi recueillir des témoignages des proches de l’artiste : famille, amis et bien sûr les deux Beatles restant en vie, Paul McCartney et Ringo Starr.

Après trois années d’entretiens avec Yoko Ono et de multiples contacts avec tous ceux qui ont fréquenté John Lennon, le résultat est là, traduit par Philippe Paringaux, éminent spécialiste français du milieu musical anglo-saxon. Le livre compte près de 850 pages de révélations, d’anecdotes, de confidences inédites et de détails minutieux. Il constitue une somme monumentale, pénétrante et humaine analysant sans fard la vie d’un génie de la musique ayant illuminé les quarante dernières années du XXe siècle.

Il fut en effet l’un des plus grands compositeurs de chansons populaires de son époque associé à Paul McCartney ou en solo. Il fonda en 1960 le plus grand groupe vocal et instrumental de l’après-guerre : les Beatles. Depuis leurs débuts en tant que Quarrymen à Liverpool, puis Jhonny et les Moondogs et enfin les Silver Beetles à Hambourg, c’était lui le leader incontesté du groupe qui contribua à 50% à l’élaboration des bases de leur musique.

Né à Liverpool pendant la seconde guerre mondiale, une nuit de bombardements, il était d’ascendance irlandaise et fut élevé par sa tante Mimi, une des soeurs de sa mère Julia. Celle-ci ne se sentant pas capable de s’en occuper. Son père Alfred préféra lui, partir travailler sur des bateaux qui faisaient la traversée de l’Atlantique, aussi souffrit-il de son absence.

Quand il eut six ans, sa mère fut renversée par un chauffard et décéda. Il en fut marqué pour la vie. Il écrivit sur ses parents des vers bouleversants : "Mother you had me but I never had you.../Father you left me but I never left you..." (Mère tu m’as eu mais moi je ne t’ai jamais eue.../ Père tu m’as quitté mais moi je ne t’ai jamais quitté).

Au fil de la lecture on apprend quantité de choses sur le plus illustre des Liverpudliens : son caractère rebelle et son agressivité latente qui cachait un manque de confiance en lui, son don pour le dessin et pour la poésie surréaliste, son goût pour le non-sens qui rejaillira dans certaines de ses chansons (Strawberry Fields For Ever, I’m The Walrus, Tomorrow Never Knows, par exemple). Son écriture a aussi fortement été inspiré par Lewis Carroll.

Sa facilité confondante à composer des chansons, seul ou avec Paul McCartney, des chansons qui accrochent l’oreille et qui sont devenues désormais des classiques intemporels, n’est plus à démontrer.

Il traversa les années soixante avec les Beatles, connu l’adoration et la gloire puis s’affirma dans les années soixante-dix et devint un chanteur engagé, stimulé par son épouse Yoko Ono, elle-même artiste d’avant-garde. Ils furent la coqueluche des médias de l’époque par leurs actions en faveur de la paix et leurs pochettes de disque où ils apparaissaient nus.

La vie de John Lennon suivit un itinéraire peu commun car il était un homme hors du commun, un génial compositeur de musique populaire, un artiste engagé pour la paix dans le monde à la fin des années soixante, un partisan d’une Irlande réunifiée, un opposant à la guerre du Viet Nam, un humain trop humain, donc incompris par certains.

Sa vie s’arrêta un soir de décembre, à New-York City, sa nouvelle patrie. Il avait quarante ans seulement.

Son oeuvre est là pour témoigner de son talent destiné à tous ceux de par le monde qui sont sensibles au message profondément humain d’un homme qui a marqué son temps et qui aimait le genre humain : "Imagine all the people living life in peace"...

P.-S.

John lennon en quelques mots : né sous les bombes - enfant du divorce - élevé par sa tante - gosse de Liverpool et âme d’un chef-fondateur d’un groupe à la renommée mondiale nommé les Beatles - connut l’enfer de la Reeperbahn à Hambourg - fut un des quatre garçons dans le vent - écrivit 300 chansons sous la signature Lennon-McCartney - connut la Beatlemania et fut plus populaire que le Christ - joua dans la Fanfare des Coeurs Solitaires du Sergent Poivre - croqua la Pomme - rencontra Yoko - termina son rêve - voyagea en solitaire - joua dans le Plastic Ono Band - donna une chance à la Paix - devint Newyorkais - fut homme au foyer au Dakota - et tomba sous cinq balles dans la nuit.


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS