Accueil > Musique > La musique

La musique

Genre :  chanson minimale

Auteur : Dominique A

Auteur de l'articleArnaud

Publié le dimanche 24 mai 2009


Un Immortel LIGHT

Votre avis sur ce document



En intitulant son dernier album "la musique", Dominique A s’est-il décidé à ériger un manuel définitif (et pour les nuls...) de la bonne composition de chansons françaises ou la sobriété du titre reflète-t-elle un retour vers une musique plus directe et légère ?

A l’écoute de ce disque, la première impression est celle d’un retour aux sources : Comme son tout premier album "la fossette", "la musique" a été composée et en grande partie enregistrée à la maison, dominique A jouant de la plupart des instruments. Effet "madeleine" assuré qui nécessite un petit retour en arrière... En 1992, de nombreux auditeurs découvrent de petites chansons enregistrées de façon confidentielle et en cachette entre le lit et le bureau, un univers singulier où l’on chante avec minimalisme "vivement dimanche que je mette mon chapeau", où dans lequel "le courage des oiseaux" est loué à coup de rythmes en boîte gonflés au bontempi. Se rangeant de la pop minimaliste, il poursuivra sa carrière avec SON tube "le twenty two bar", des albums moins accessibles et de magnifiques collaborations avec d’autres musiciens (Yann Tiersen notamment...).

Après de nombreux tours et détours artistiques, voici le retour de la pop, du minimalisme, le temps d’une musique plus directe. Du "Dominique A" qui s’allège en retrouvant son goût pour la new wave et la pop de OMD. Les sons sont légers, mais le propos toujours grave. Dès les premières notes synthétiques, Dominique A nous chante avec sensibilité qu’il a tout essayé, qu’il n’a pas trouvé le sens, qu’il a cherché dans la rue, qu’il a aimé... Il est même désolé. Le sens n’a pas été trouvé...

Ensuite, merveille des merveilles, dominique A interprète une chanson qu’il avait à l’origine composée à l’intention d’Alain Bashung pour "Bleu pétrole", "Immortels". Lourde de sens. Dominique A semble maintenant s’adresser à son ainé récemment disparu : "Je ne t’ai jamais dit, mais nous sommes immortels [...] Et toi qui n’es plus là, c’est comme si tu étais plus immortel que moi, mais je te suis de près...".

Dominique A part ensuite pour "Nanortalik" (ou n’importe où), en d’autres terres... "Evasion" pour embrasser d’autres musiques...

D’autres musiques ? Parlons-en avec "hasta que el cuerpo aguante", du pur Dominique A qui tournoie à l’espagnole et qui prend aux tripes. "La musique" l’entraîne ensuite dans l’ancienne Egypte avant de lui faire entendre le "bruit blanc de l’été". Oui, la "musique" est aussi un album de saison...


Pour finir, Dominique A s’essaie avec succès à la chanson sensuelle avec cet "hôtel congress" où il fait 110 ° fahrenheit (43 ° celsus... chaud, très chaud) et où une américaine s’occupe à... (... vous de l’écouter). Et au final, "dans la lueur du soir, [vous aurez vu] la fin d’un monde"... Que demander de plus ?


Vous l’aurez compris, cet album est, à mon sens, une vraie réussite. Je vous en laisse juge avec cet extrait ci-dessous.

"Et en attendant plus tard, occupez-vous des prochaines secondes ! "

P.-S.

Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS