Accueil > Cinéma > La piscine au cinéma

La piscine au cinéma

Auteur de l'articleArnaud

Publié le dimanche 11 mars 2012


Et si on touchait le fond de la piscine en restant dans son fauteuil ?

Votre avis sur ce document

Voici une sélection chlorée pour ceux qui souhaiteraient s’accoutumer avant le grand saut printanier, celui à base de régime pré-estival....

Dans les piscines publiques : solitude et rencontres


L’eau est-elle photogénique ? Oui, et seulement si elle est en mouvement ou dans un contenant. L’eau au contact du carrelage des piscines prend ainsi une teinte bleutée du plus bel effet.
Commençons donc par le film "Trois couleurs- Bleu" de Krzysztof Kieslowski qui offre des moments de brasse et de grâce dans le bassin de la piscine Pontoise de Paris. Piscine historique des années 1930 et décor régulier pour les tournages, Pontoise est filmée en soirée et le bleu-nuit de la scène nimbe de mélancolie la nage de Juliette Binoche. Dans cette scène ci-dessous, la piscine devient même un refuge : l’actrice plonge la tête dans l’eau et se met en position fœtale renvoyant à notre première piscine : le ventre de notre mère !


Dans "Lost in translation" de Sofia Coppola, Scarlett Johansson profite en solitaire de la piscine de son hôtel. Pas d’introspection comme dans "bleu" mais une intense solitude. Bill Murray, lui, fait de l’exercice ! Pense-t-on quand on crawle ?


La piscine est aussi un lieu de vie, de rencontres et de discussion. Le côte à côte est un "must" dans les bassins (mais surtout pas dans les couloirs de natation réservés aux "vrais" nageurs et pas aux papoteurs...). Dans le film de Catherine Corsini, "la nouvelle Eve", le côte à côte de l’épouse et de la maîtresse s’avère particulièrement dangereux. Karin Viard manque de peu de boire la tasse...

Parfois, la rencontre embarrasse franchement. Imaginez un instant : croiser un de ses collègues dans sa piscine ! Quelle horreur ! Le cauchemar est dans ce film d’Arnaud Desplechin, "comment, je me suis disputé (ma vie sexuelle)" :


La piscine, un lieu pour une rencontre amoureuse ? Fabrice Luchini dans "la discrète"de Christian Vincent le refuse fermement : comment séduire avec un maillot de bain loué et peut-être pas assez seyant ?

Jean Dujardin dans "OSS 117, Rio ne répond plus" fait une démonstration de charme devant une foule médusée, puis amusée par la tentative de plongeon du célèbre espion de son gracieux général...

Scarlett Johansson dans "scoop" de Woody Allen fait semblant de se noyer pour accoster Hugh Jackman et c’est pour la bonne cause ! (c’est ci-dessous... de rien, ne me remerciez pas !).


Le lieu du crime : pas facile de dessiner une silhouette blanche dans l’eau...

Les piscines sont aussi... diaboliques ! Comme dans le film du même nom de Clouzot ! Dans ce film, le bassin de l’école est effrayant pour ce qu’il contient ou ce qu’il devrait contenir... Vider une piscine n’a jamais fait autant peur. Je n’en dis pas plus...


Dans "la piscine" de Jacques Deray avec Romy Schneider et Alain Delon, le bassin est apaisant et rafraichissant le jour puis le lieu d’un crime une fois la nuit tombée. "Swimming pool" de François Ozon reprend à son compte cette idée. La nuit apporte également son lot de malheurs pour Charlotte Rampling et Ludivine Sagnier...
Il faut compter aussi avec les suicides de Harold dans le film "Harold et Maude". Dans la piscine de sa mère, il tente pour la seconde fois la mort par noyade. Sa mère, coutumière du hobby de son fils, nage à proximité du corps inerte...

Suer sang et chlore dans le bassin

Dans le film de Luc Besson, Jacques Maillol fait des longueurs dans une piscine... Il faut bien s’entraîner avant d’affronter le "grand bleu" ! Pour ceux qui n’ont pas envie de revoir les versions courtes ou longues du film, voici un résumé en quatre cases extrait du livre "90 films à l’usage des personnes pressées" de Henrik Lange et Thomas Wengelewski.

Dans "palombella rossa", Nanni Moretti essaye de retrouver la mémoire durant un match de water polo ; ça ne s’invente pas non plus.

Dans "la naissance des pieuvres" de Céline Sciamma, la natation synchronisée réunit deux jeunes filles troublées l’une par l’autre.


Charlotte Gainsbourg, quant à elle, est "effrontée" et effrayée par la perspective de sauter dans l’eau... Son refuge n’est pas l’eau, mais les vestiaires !


Le petit théâtre du farniente

Parfois, il n’est même pas nécessaire de plonger dans la piscine. Il suffit juste de s’installer au bord de l’eau sur une chaise longue. Des lunettes de soleil sur le nez, le bassin à proximité, le bronzé ou en passe de le devenir est en vacances et tient à le signifier par ces signes ostentatoires. Il faut parfois fuir les animations dans l’eau ("casque bleu" de Gérard Jugnot et "les bronzés" de Patrice Leconte) ou tout simplement fuir son quotidien.

Dans "Somewhere" de Sofia Coppola, un acteur célèbre passe du temps avec sa fille dans l’eau des piscines des hôtels qu’il fréquente. Au fond du bassin, ils prennent le thé entre personnes de bonne compagnie...

Allongés au bord de la piscine, père et fille sont comme hors du temps, en totale décalage avec une vie qui passe lentement, très lentement... un peu comme le film, d’ailleurs. Ceci étant, je ne sais pas si cela vous tenterait également, mais j’aimerais bien m’ennuyer avec eux au bord de cette piscine...



P.-S.

Vous avez d’autres scènes en tête ? N’hésitez pas à les poster en commentaire !


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS