Accueil > Lire > Albums et contes > Le gentil p’tit lapin

Le gentil p’tit lapin

Genre :  album-qui-en-raconte-plus-qu’il-n’y-paraît

Auteur : texte de Micha ël Escoffier, illustrations d’Eléonore Thuillier

Auteur de l'articleMélanie L

Publié le mercredi 16 juillet 2014



Et si le gentil p’tit lapin était un dangereux révolutionnaire ? Hein ?

Votre avis sur ce document


- C’est l’histoire d’un p’tit lapin qui se fait littéralement carotter.
- Comment ça ? Carotter quoi ?
- Carotter tout court ! Il se fait piéger à l’aide d’une carotte ! C’est un coup du grand méchant loup.
- Oui, ça peut pas être un coup du lapin.
- Bon. Je vous explique : le lapin voit une carotte. Il s’approche. Il la croque à belles dents. Ce qu’il n’a pas vu, c’est le fil qui est accroché à la carotte. Ce qu’il a encore moins vu, c’est le loup qui tient le fil à l’aide d’une canne à pêche. En deux secondes, le lapin s’est fait eu. Il ne peut que s’exclamer, dans un langage châtié : "Crotte !". Mais c’est trop tard...

Il est emmené dans l’usine du grand méchant loup. Oui, nous sommes en 2014, il serait temps de vous mettre à la page, chers parents. En 2014, les loups ont quitté les tanières et sont patrons d’usines ou de grandes entreprises. Vous devriez regarder les infos plus souvent !

Le discours du loup-patron est sans ambiguïté : "Il faut travailler ! lui dit-il. Ceux qui ne travaillent pas finissent en pâté ou en civet !"

L’usine est pleine de lapins qui se sont faits avoir. Goulag des temps modernes, ils y travaillent à la chaîne à la fabrication de pièges... à lapin. Ironie du sort, cynisme absolu, ces lapins apparemment inoffensifs creusent en quelque sorte les tombes de leurs congénères. Ils fabriquent les armes qui les feront tous prendre et les mèneront à leur perte. Cela n’est pas sans rappeler les pires heures de l’histoire humaine... ou les usines chinoises, bien qu’il y en ait aussi quelques unes plus proches de chez nous...

Bref, c’est les bras ballants, l’oreille tombante et le regard implorant que le p’tit lapin finit par clamer l’injustice ; tandis que ses camarades déjà enrôlés lui lancent un fataliste "C’est la vie, c’est comme ça. Tu n’as pas le choix".

Mais bien sûr qu’ils ont le choix ! Heureusement que les générations précédentes ne se sont pas toutes dites la même chose ! On courrait droit dans le terrier ! Et à vie !

Notre p’tit lapin est de ce bois-là. De ces insoumis qui veulent se soulever face aux puissants de ce monde qui les oppressent. Syndicaliste, mélanchonniste, et anarcho-communo-maoïste (si, si), il rêve pour ses camarades d’un dessein supérieur et élabore un plan pour renverser la situation. C’est ce que nous avons appelé chez nous autres humains la lutte des classes. L’album ne le dit pas, mais il est connu que ce mouvement, qui a eu lieu chez les lapins, s’est appelé "la révolution de la Carotte".

Désormais les lapins travaillent pour eux même à la fabrication de pièges à... loup, évidemment. Oui, le lapin est rancunier. Belle mentalité !

Un album drôle, très bien écrit, aux chouettes illustrations - Eléonore Thuillier, quel talent ! -, et qui mine de rien, ouvre la porte à quelques interprétations... Aussi, revendiqué-je la subjectivité de mes commentaires !
_

1 Message

  • Le gentil p’tit lapin 17 juillet 2014 13:27, par Michaël Escoffier

    Je vous laisse libre de vos interprétations, moi je ne vois là qu’un gentille petite histoire de lapins et de loups comme il en existe tant... non ?


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS