Accueil > Lire > Romans > Romans adolescents > l’Âge d’ange

l’Âge d’ange

Genre :  Roman ado et adulte

Auteur : Anne Percin

Auteur de l'articleSébastien

Publié le samedi 8 novembre 2008


"C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches" Victor Hugo

Votre avis sur ce document

Ce texte débute sur une autre citation de Victor Hugo et se termine en tragédie grecque. Car à l’image de la société, au gymnasium, on ne se mélange pas : Jaguar d’un côté, Gavroche et Esméralda de l’autre.

De la Grèce il en sera beaucoup question dans ce roman d’Anne Percin. Au cœur de cet établissement d’excellente réputation un « ange » vit une passion peu commune avec le livre le « plus précieux de la bibliothèque du Lycée ». Dans « Amours des dieux et des héros », Anja s’imprègne des images à s’en éblouir, à s’en étourdir : « la beauté de ces images est encore dans me yeux. Ce fut pour moi pendant des mois, la vraie beauté, la seule possible », « Ulysse entièrement nu, se relevant des ondes devant les yeux de Nausicaa. Le satyre Pan courtisant les vierges ou caressant Apollon. Artémis au bain, espionnée par le pauvre Actéon ». Les émotions secrètes de cette jeune femme s’épanouissaient à chaque page lues et tournées sans cesse. Émue et respectueuse devant autant de beauté et de pureté, l’ange idéalise la passion, et trouve dans cet esthétisme une chaleur qui contraste avec la froideur de la société dont elle s’est éloignée.

« Or il arriva qu’un jour le livre disparut ». Anja est toute troublée « ce livre était ma machine à rêver ! Ma solitude m’apparaissait, ouverte à mes pieds, autour de moi : un gouffre où j’étais en suspension ». Drame absolu d’une âme qui jour après jours perd de son aura. Qui ? Pourquoi ?

S’ensuit une période d’angoisse et de désespoir avec cette sensation d’avoir été trompée. L’ouvrage a été rendu mais ce n’est plus comme avant. Écorné, souillé, lu par un autre, le charme n’opère plus. La relation qui unissait Anja avec son livre s’est diluée. Pendant ce temps, dehors, dans la vraie vie, les quartiers populaires remuent, crise économique, chômage, grèves !. Grondements et mécontentements montent en puissance.

Dans le sanctuaire que représente la bibliothèque du lycée, Anja apprend qui a emprunté l’ouvrage. A sa grande stupéfaction un jeune homme, un gavroche, Tadeusz le feuillette. C’est lui, c’est évident, et cela lui est de prime abord insupportable « Ce qu’il est mal habillé. Ce n’est presque pas possible, à notre époque. Pourtant un a sûrement une bourse d’étude. Tous les ! tous les gens comme lui en ont. »

Finalement, Anja est elle comme les autres jaguars du lycée ? Même préjugés, même raccourcis ? Elle s’en étonne. Alors, Elle observe de plus près ce jeune homme au physique de « romain » façon Marlon Brando. Il s’en aperçoit, il la regarde fixement, et lui adresse la parole ! Ils se sont trouvés. Unis dans leur passion commune, les deux jeunes adolescents développent un lien particulier. Pas celui espéré par Anja, car Tadeusz, ne peut l’aimer comme elle le souhaiterait !

Éveil des sentiments mais aussi éveil politique, découverte de la réalité sociale, confrontation avec l’intolérance et la violence, nous sommes plongés avec ce roman dans un bouillonnement dont on connaît dès les premières pages l’issue tragique. Car Tadeusz n’est plus son héros grec (ou romain) du passé. Victime de l’injustice, de la haine et de l’homophobie, exclu pour traîtrise par les membres de « sa » communauté, ignoré par les jaguars de bonne famille se retranchant dans les préjugés, Tadeusz est mort. Mort d’avoir été « différent ».

Dans ce sublime roman, il sera aussi question d’espoir et de volonté. Anja « voulait le changement, pas l’oubli », et 15 ans après le drame et les émeutes, devenue juriste, elle a compris grâce à lui qu’il était indispensable de refuser « de me laisser enfermer dans un genre, dans un milieu. Je suis partie vers quelque chose qui est plus que le rêve, plus que les livres, plus que l’amour, même. Vers la vie. »

Un roman coup de poing pour ne pas oublier et pour aider aux changements.

et d’Anne PERCIN, découvrez à la médiathèque sur "la Passerelle"et en section jeunesse :
- Point de côté
- Servais des collines : un aventurier de la Renaissance
_

P.-S.

lire aussi la Bibliographie sur l’homosexualité et l’homophobie dans la fiction jeunesse (albums, romans jeunesse et ados, pièces de théâtre disponibles à la médiathèque) : http://public.ville-bezons.fr/mediatheque/spip.php?article391&var_mode=recalcul

2 Messages

  • l’Âge d’ange 8 novembre 2008 20:41, par AP

    pas vraiment un commentaire... Juste vous dire merci, merci d’avoir été si juste :-)

    Voir en ligne : http://annepercin.blogspot.com/

  • l’Âge d’ange 8 novembre 2008 21:14, par Gaëlle la libraire !

    quel article !

    Quand la représentante de l’école des loisirs m’a présenté ce roman, elle m’a dit que j’aimerai forcément, je l’ai crue, et je n’ai pas été déçue ! j’ai même adoré. Par extension, je suis fan de ce genre d’histoires où il y a des rencontres improbables qui changent une vie.

    et bizarrement, j’arrive très bien à le conseiller "en vrai" à la librairie, mais pas à en parler sur mon blog...


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS