Accueil > Cinéma > La Part des anges

La Part des anges

Genre :  Film britannique

Auteur : Ken Loach

Auteur de l'articleAlain

Publié le samedi 30 mars 2013



Comédie écossaise alcoolisée à consommer sans modération

Votre avis sur ce document


Voici la nouvelle comédie sociale primée à Cannes en 2012 (Prix du jury) signée Ken Loach, Palme d’or en 2006 pour "Le vent se lève". Le réalisateur de "Looking for Eric", "Land and Freedom", "It’s a free world", "Ladybird", "Kes", "My name is Joe", "Family life"... nous accroche encore une fois avec une comédie jubilatoire sur fond de crise sociale.

"La part des anges" désigne la part d’alcool qui disparaît en s’évaporant lors du vieillissement en fût.

Nous sommes dans la banlieue glauque de Glasgow, de nos jours, où Robbie, cerné par la violence de son milieu est contraint à y avoir recours la plupart du temps. Un jour il est condamné à des travaux d’intérêt général par un juge indulgent car il va bientôt être père.

L’éducateur qui le prend en main, Harry, lui fait visiter une distillerie de whisky avec trois autres délinquants. C’est là qu’il se découvre un don inattendu pour la dégustation, un véritable "nez".

Ayant appris la mise aux enchères d’un fût particulièrement rare et cher, les quatre jeunes montent un stratagème pour s’emparer de quelques bouteilles de l’alcool hors de prix.

Une fois le larcin commis et l’argent partagé, ils se séparent et Robbie va quitter enfin avec femme et enfant (prénommé Luke=chance !) sa banlieue pourrie car il a obtenu un emploi dans une distillerie en tant que goûteur.

Son avenir semble donc meilleur.

Pour le cinéaste, qui a voulu dénoncer la situation des jeunes chômeurs britanniques (en 2011, ils ont dépassé la barre des 1 million) : "l’humour est un des outils disponibles pour faire passer une situation tragique". Il ajoute en parlant du procédé qu’utilisent les quatre héros pour s’en sortir : "j’autorise le vol parce que je considère qu’il ne lèse personne".

Une fois de plus, Ken Loach réussit à créer un lien d’empathie entre ses personnages et le spectateur, ce qui se traduit par un film bon enfant malgré quelques scènes violentes.



Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS