Accueil > Lire > Romans > Romans adultes > La Reine des lectrices

La Reine des lectrices

Genre :  farce anglaise

Auteur : Alan Bennet

Auteur de l'articleArnaud

Publié le vendredi 27 mars 2009


God save the books

Votre avis sur ce document

La lecture est-elle une addiction comme les autres et est-elle subversive ?

Tentative de réponse : Amateur de lignes, le lecteur peut sans peine se relever la nuit pour finir un roman sous les prétextes les plus fallacieux ("qui est l’assassin ?", "qui va embrasser qui ?", "pourquoi Monsieur Darcy est-il si orgueilleux ?" ). Le lecteur aime se réfugier dans ce monde artificiel fait de papier, d’encre et de rêves. En conséquence, ses yeux ont tendance à rougir. Il a la capacité d’attendre des mois le dernier roman d’une longue série. En le dévorant, il regrette souvent cette soudaine boulimie... Le lecteur est un être insatiable. Il a ses habitudes dans les librairies et les bibliothèques et parfois, quand le manque se fait trop fort, il ose s’encanailler chez les bouquinistes...

Illustrons cette fumeuse théorie par La Reine des lectrices d’Allan Bennet. Un beau jour anglais, au palais de Buckingham, la Reine Elisabeth II promène ses chiens et découvre avec étonnement un bibliobus garé dans son jardin. N’écoutant que son devoir et souhaitant rendre hommage au beau métier de bibliothécaire, sa majesté décide d’emprunter un ouvrage. Geste anodin en apparence qui déclenche une suite de conséquences exceptionnelles. La Reine devient une lectrice passionnée, acharnée, exclusive, au point d’en oublier le protocole.

Le premier ministre anglais s’offusque, le président français peine à répondre aux questions sur Jean Genet (un compatriote pourtant...), l’entourage royal complote contre cette dérive en cachant les livres de sa gracieuse majesté. Pourtant, en lisant et en se repliant derrière les livres, la Reine découvre l’humanité. Elle continue cependant sa lecture dans son carrosse lorsqu’il est d’usage de saluer cette dite humanité...


Fin, caustique, ce court roman sur la littérature et ses curieux effets est un réconfort pour tous les lecteurs incompris qui n’osent plus parler de leurs lectures. Ici, "on lit pour le plaisir. il ne s’agit pas d’un devoir public". Ce roman est aussi un extrait d’Angleterre, à déguster avec une excellente marmelade d’orange ...


_

P.-S.

Et si la Reine s’était éprise de cette chanson des Sex Pistols, que serait-il advenu de la monarchie anglaise ?


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS