Accueil > Actualité > « Nanukuluk, l’enfant sauvage »

« Nanukuluk, l’enfant sauvage »

Auteur de l'articleEric

Publié le jeudi 9 octobre 2014


Spectacle interprété par Par Mélancolie Motte - Mercredi 15 Octobre 2014 à 15h00
Librement inspiré du film " L’enfant qui voulait être un ours"

Votre avis sur ce document

"Dans le Grand Nord, à l’intérieur d’une maison d’hiver, un bébé pleure ! il vient de naître et réclame un prénom. Sur la banquise, au même moment, une femelle ourse rugit de toutes ses forces. Le jeune père sourit !"

L’histoire
On raconte que dans le Nord du Grand Nord, il suffit de faire un tour sur soi-même pour faire le tour du monde !

Une mère inuit donne naissance à un petit garçon nommé Nanukuluk ; Petit Ours. Au même moment, sur la banquise, une femelle ours crie la douleur de son premier ourson mort†né. Ses pattes vont la mener jusqu’à la maison d’hiver des humains. Et pendant que la mère inuit s’est éloignée du logis un court instant, l’ourse enlève l’enfant et l’emporte dans la montagne !

La femelle prend soin d’éduquer son « ourson » à l’abri des hommes. Petit Ours grandit avec bonheur auprès de sa mère ourse. ET lorsqu’il se questionne parfois sur ses différences physiques, la femelle élude avec tact les réponses !Durant 7 ans, la mère inuit se laisse aller au désespoir. Durant 7 ans, le père inuit cherche avec hargne les traces de son fils. Jusqu’à ce que la mère aille s’entretenir avec l’esprit de la montagne pour lui demander de retrouver son enfant. Jusqu’à ce que le père retrouve au même instant les traces de l’ourse et la tue !

Débute alors un long apprentissage de l’enfant sauvage parmi les hommes. Sans que l’intégration se fasse totalement. Il ne cesse de répéter : « je veux être ce que je suis » !

A douze ans, il décide d’aller voir à son tour l’esprit de la montagne pour lui demander l’impossible : devenir un ours. Pour y parvenir, il devra passer trois épreuves : nager comme l’ours, supporter le froid comme l’ours, et vivre la solitude de l’ours. Les deux premières étapes initiatiques seront franchies grâce à l’aide d’animaux (baleine et boeufs musqués), alors qu’il accomplira la troisième, seul. L’enfant est ce qu’il a voulu être : un ours !

Il expérimente sa vie d’animal avec bonheur, et découvre même l’amour en rencontrant une femelle ourse adolescente. Mais alors que tous deux étaient à s’amuser dans la neige, surgit un chasseur : le père de Nanukuluk ! Le chasseur tire, l’un des deux ours est blessé gravement.

Et sous les yeux de l’homme apparaît sur la neige le corps nu de son enfant adolescent !Nanukuluk est ramené à nouveau chez ses parents.

Et lorsqu’il se réveille de son long délire fiévreux, c’est pour découvrir qu’il est enchaîné !Le père rappelle à l’ordre son fils « tu es un Inuk, un être humain ! ». Mais la mère de répondre : « Ne vois†tu pas que notre enfant veut être ce qu’il est : un ours ? ». La mère libère son fils, et Nanukuluk reprend le chemin de la banquise afin de rejoindre sa partenaire !

On raconte que ce jour là, dans le Nord du Grand Nord, un adolescent a fait un tour sur luimême, et il a fait le tour du monde. Le tour du monde des humains pour entrer dans le sien. On raconte que ce jour là, un enfant est devenu un ours !

Mélancolie Motte, conteuse
Mélancolie Motte bâtit des ponts entre des récits de toutes natures et de toutes latitudes en explorant autant les formes archaïques de la parole que les formes théâtrales actuelles. Elle les modèle avec ses questions d’artiste, ses doutes de mère, ses affirmations de femme, afin de faire entendre l’ailleurs et le différent, l’autre et ses étrangetés, merveilleux ou non !

En 1997, Mélancolie représente la Belgique aux Jeux de la Francophonie à Madagascar, avant de devenir Lauréate du Grand Prix du Jury
et du Prix du Public de ChevillyLarue en mai 1998. Elle participe régulièrement à de nombreux festivals, principalement en France et en Belgique, mais aussi au Canada, en Suisse ou encore au Portugal, en Isra ël, en Algérie, en Serbie... Elle a été formée auprès d’Hamadi, Sotigui Kouyaté, Michel Hindenoch et a été invitée durant deux ans et demi à suivre, avec quinze conteurs, le Labo dirigé par Abbi Patrix à la Maison du Conte de Chevilly Larue. Le travail de recherche accompli avec Olivier Letellier, metteur en scène dans son spectacle « La Mer et Lui », l’a beaucoup aidée à enrichir son approche corporelle scénique également.

Durant 8 ans (1998†2006), elle a fait le choix de travailler, en parallèle, à la Roseraie ; lieu d’accueil aux projets artistiques et culturels de
Bruxelles. C’est d’ailleurs là qu’elle a fait la rencontre d’Alberto Garcia, avec qui elle a travaillé plusieurs de ses anciennes créations.

Depuis juillet 2006, elle est installée en France pour s’adonner à part entière au conte. Par pur bonheur et fureur.

Son répertoire actuel :
- « Histoire de Marcher » et « L’eau Vive » (tout public à partir de 8 ans)
- « Naître qu’un » (spectacle adulte),
- « La Mer et Lui » (public jeune public dès 5 ans -mise en scène Olivier Letellier).

Plus d’infos sur www.melancolie.fr

« L’enfant qui voulait être un ours », le film
L’enfant qui voulait être un ours est une petite production franco†danoise qui ne cherche ni les effets numériques spectaculaires et omnipotents, ni les effets symphoniques dans la bande son. Ce sont le pinceau, le crayon et la harpe, qui font peu à peu émerger l’esprit du conte inuit.

Le réalisateur du film, Jannik Hastrup est d’abord musicien de jazz puis dessinateur/animateur dans les années 60 : J’aborde non seulement des sujets écologiques, mais aussi sociaux et politiques. Ma vision du monde n’est pas politiquement correcte, je m’efforce de montrer celui†ci tel qu’il est. Même si je m’adresse à un jeune public, je n’ai pas envie de faire du Disney. "


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS