Accueil > Cinéma > Point limite zéro

Point limite zéro

Genre :  Film américain, road-movie de 1971

Auteur : Richard C. Sarafian

Auteur de l'articleAlain

Publié le samedi 9 mai 2009


La vitesse comme ultime frontière

Votre avis sur ce document

Ce film est donc un "road movie"- toute l’action se déroule entre Denver et la Californie - mais ce n’est pas uniquement un "road movie". En effet il nous ramène plus de trente ans en arrière, aux USA, dans les années 70, à l’époque où pas mal de gens, surtout des jeunes, pensaient que tout était possible, que le rêve américain pouvait, et devait, se vivre ici et maintenant. En regardant ce film, on plonge dans l’utopie hippie de l’époque. Kowalski, le pilote de la Dodge blanche (couleur à opposer au noir des voitures de police), est un asocial, ancien pilote de "stock cars", ancien flic révolté contre l’injustice reconverti dans le convoyage de voitures sur longues distances.

En l’espace de 15 heures, il va devenir, grâce à la complicité d’un DJ noir et aveugle, le héros américain emblématique de l’esprit de l’ouest sauvage, de la démesure, de la liberté et fatalement de l’anarchie dans son opposition à l’ordre établi représenté par la police. Son combat contre celle-ci lancée à ses trousses est celui de l’homme libre qui arpente les grands espaces de l’ouest américain.
En cela il rejoint les hors-la-loi légendaires de la Frontière qui narguaient grâce à leur colt les représentants de l’autorité.
Ce film est admirable, il est à voir de toute urgence, surtout si comme moi, vous avez aimé un autre hymne à la liberté absolue : "Into the wild".

info portfolio

P.-S.

Le titre original est "Vanishing point", qu’on pourrait traduire par "point de non-retour" ou bien "là où l’on disparaît"


Médiathèque Maupassant, 64 rue Édouard Vaillant, Bezons. Tél : 01 79 87 64 00 | Contact | Mentions légales |  RSS